Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Focus / Dossiers - Reportages / Historique / Seneffe / Historique des premières écoles de Seneffe
Actions sur le document

Historique des premières écoles de Seneffe

Les archives scabinales attestent que Seneffe comptait une école en 1684 (occupation espagnole) car la commune la fit réparer.

Durant l’occupation autrichienne, l’enseignement devint officiel et non plus une prérogative religieuse. L’autorité publique crée des écoles primaires pour les enfants de 6 à 12 ans que des collèges laïcs. Le nom des maîtres d’école seneffois de l’époque nous sont parvenus : Gille Thomas, Jacques Barbier, Henri Pétiau, Jean-Charles Hombrais, Jean-Joseph Theys, Hubert-Joseph Tricot, Jean Delcourt.

Pendant la période française (1794-1814) les maîtres furent N. Lesseigne, Hubert Desalle, Jean-Baptiste Reumont.

A partir de 1815 (occupation hollandaise) plusieurs écoles privées voient le jour dans la région.

A l’indépendance du pays (1830), l’article 17 de la constitution permet l’enseignement libre et donc les autorités catholiques ouvrent plusieurs écoles.

En 1842, la loi Nothomb oblige chaque commune à entretenir au moins une école primaire communale ou adoptée (privée).

L’enseignement communal au sens moderne voit le jour à Seneffe en 1843. c’est en effet le 27 février de cette année que Mr Jean-Baptiste Reumont est nommé instituteur communal.

En 1850, l’entité compte :

  • 3 écoles communales (Ecole du Centre pour garçons, Ecole de Manage pour garçons, Ecole du Centre pour filles)
  • 1 école adoptée, l’école mixte du hameau de Bel.
  • 1 école privée pour garçons

En 1879, l’autonomie communale est supprimée. Les communes sont obligées de posséder au moins une école officielle et il leur est interdit d’adopter une école privée à la place.

Cinq ans plus tard, l’autonomie est restaurée.

 

L’école du centre pour garçons fut terminée en 1862.

En 1913, la population scolaire est de 82 garçons et 86 filles. L’administration communale décide de construire de nouveaux bâtiments scolaires à la rue de Buisseret.

En 1914, instauration de l’instruction obligatoire et gratuite pour les enfants de 6 à 14 ans, supprimant de la sorte ipso facto le travail des enfants.

En 1918, l’école est occupée par les allemands et l’enseignement se déroule dans la maison construite dans l’angle formé par la rue des Canadiens et la rue Rouge-Croix.

L’école du hameau de Bel fut définitivement terminée en 1873, à la rue Poyarde. Le terrain de 68 ares coûta à l’époque 5797 francs et l’ensemble de la construction  27000 francs.

L’école de Bois des Nauwes fut occupée à partir de 1902, aux Roquettes. En 1956, l’école de Bel étant devenue insalubre, les garçons la quittèrent pour intégrer        à l’ école de Bois des Nauwes.