Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Focus / Dossiers - Reportages / Jumelage / Origine du projet
Actions sur le document

Origine du projet

Au début de 1975, quelques membres du Club nautique de Manage, naviguant vers l'Espagne, s'arrêtent à Port de Penne.   Appréciant l'endroit, ils décident de prolonger leur séjour et prennent contact avec les habitants.  C'est ainsi que le patron du restaurant, M. Paltrier s'informe sur une possibilité de jumelage.
La ville de Manage étant déjà jumelée avec  Landrecies, on lui conseille de s'adresser à Seneffe.  Monsieur Paltrier, entre alors en contact avec le Bourgmestre, M. Jacques et lui fait sa proposition.

Dans les premiers jours d'avril 1975, les autorités seneffoises sont averties qu'un groupe folklorique originaire de Penne (les Tourtiéraires) se produisent à Bruxelles et qu'il est possible de rencontrer à la gare de Bruxelles-Midi les membres de cette association avant leur retour pour la France, le jour-même.
 
Le Bourgmestre décide alors d'aller chercher le groupe et de l'amener à Seneffe, avec l'aide de quelques chauffeurs bénévoles.  Là il leur est offert une réception improvisée autour d'une tasse de café et d'un morceau de tarte au son du petit orchestre du "Trio Chanteclair".  En ce dimanche après-midi, le local de l'école libre se voit transformé en piste de danse!

 

jum25.jpg


Quelques semaines plus tard, une délégation belge comprenant le Bourgmestre et son épouse ainsi que deux échevins : Mrs Vander Elst et Paermentier, se rendra à Penne afin d'y préparer le premier jumelage.

Dans un communiqué (qui paraîtra dans un exemplaire de juin 1975 du "Seneffois"), Marcel Garrouste, maire de Penne s'exprime à propos du futur jumelage :

"...Pendant des siècles, les hommes se sont affrontés sur les champs de bataille.  Les préjugés et l'ignorance ont permis de les dresser les uns contre les autres.  Fort heureusement, aujourd'hui, le développement des moyens de communication, une plus large diffusion des informations et la multiplication des relations humaines conduisent chaque peuple à une meilleure connaissance de la civilisation et des aspirations pacifiques de ses voisins.
"Le jumelage entre villes et villages de différents pays veut assurer, par-dessus les frontières, la compréhension entre les habitants de la planète.  Mais si on se contente, de  part et d'autre, d'une cérémonie à la Mairie et d'un voyage organisé au seul profit d'une poignée de personnalités officielles, l'opération aura en grande partie manqué son but.  D'autres contacts sont nécessaires au niveau des familles, des écoles, des associations sportives, culturelles et professionnelles.  Ainsi seulement s'établiront en profondeur des rapports solides et profitables entre les communes et les nations.

"C'est dans cette optique que nous avons cherché à jumeler Penne avec une commune belge proche de la frontière française.  Plusieurs raisons plaidaient en faveur de ce choix :
- la communauté de langue sans laquelle il ne peut y avoir de véritable contact,
- la commodité et la rapidité des moyens de transport (par le train, le trajet de Bruxelles à Penne ne dure que 10 heures),
- des épreuves et des souvenirs historiques communs : les Celtes, les Romains, les Francs, Charlemagne, Napoléon, les guerres de 1914-18 et de 1939-45, l'exode des réfugiés, l'occupation et la résistance,
- le désir enfin de témoigner notre sympathie aux familles belges fixées dans notre commune et à celles de plus en plus nombreuses qui viennent y passer leurs vacances..." .

Dessin illustrant le jumelage réalisé par l'architecte A. Frêteur




Le logo officiel du jumelage.