Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Commune / Education / E Com. Feluy / Journal - Activités / Archives / 2003-2004 / Journées du Patrimoine
Actions sur le document

Journées du Patrimoine

Les journées du Patrimoine 2003

CHATEAUX ET DEMEURES PRIVEES


Le moulin banal de Feluy   Voici le programme réalisé par les enfants du degré moyen et  du degré supérieur :
Musique du film " Les visiteurs "
Poème récité par les enfants
Si vous voulez…
Si vous voulez un jour visiter mon village,
il y a cent endroits que je vous montrerai :
des hameaux bien chaulés abrités de feuillages
et des lieux-dits curieux, aux noms qui font rêver.
Il y a l'Equipée, l'Ephitaphe, le Trichon,
le Bourleau, le Créquion, Winckel et puis St Georges,
le Petit Moulin, l'Enfer, les Trois Maisons,
et des champs bien semés de blé, d'avoine et d'orge.
Des vergers pleins de fruits, des jardins pleins de fleurs,
des châteaux négligés, mais tout remplis d'histoires,
de Seigneurs courageux, de femmes au grand cœur,
et de belles chansons de l'ancien répertoire.
Je vous raconterai des récits d'autrefois
dans lesquels, bien souvent on parlait de sorcières,
et tous les sobriquets de braves villageois
qui vivaient simplement au pays des carrières
Vous verrez mille endroits d'où l'on voit le clocher,
qui rassemble toujours, depuis bien des années,
tous ceux que la coutume a voulu baptiser,
et qui viennent finir là leur simple destinée .
Vous verrez des sentiers, vous verrez des ruelles,
qui mènent à des près verts tous parsemés d'or.
vous verrez mon école et la maison si belle
où je suis né heureux d'un modeste confort !
Si vous voulez un jour visiter mon village,
vous serez bien surpris d'y trouver la fraîcheur
de sources d'eau pure en des lieux sauvages,
et qui coulent en chantant des airs ensorceleurs.
Et si vous le voulez, en me donnant la main,
de l'endroit d'où l'on voit le mieux son paysage,
je vous égrainerai des souvenirs lointains,
qui vous feront aimer … Feluy … mon beau petit village !
José Nicaise

Accueil

Nous sommes les enfants de l'école communale de Feluy et nous sommes heureux de vous accueillir en cette journée du Patrimoine.
   Nous vous avons accueillis avec cette charmante poésie feluysienne écrite par José Nicaise, un de nos anciens villageois.
   Nous vous invitons maintenant à remonter le temps et pour se faire :
 fermons les yeux quelques instants.
Texte de la saynète écrit par les enfants

ACTE I

Trois coups retentissent dans le coffre.
 Un enfant court vers celui-ci et prend le chevalier en miniature.
Au même moment, le " vrai " chevalier arrive .
  Le chevalier (comme assommé):
 Pourquoi me fais-tu revivre à cette époque ? Je suis tout étourdi !
             Un enfant : Vois-tu, nous avons adopté cette
     bâtisse qui   est un des anciens moulins à eau de Feluy et nous aimerions que tu nous expliques son histoire à l'époque médiévale.
   Le chevalier : Qui mieux que le meunier, mes chers enfants, peut vous l'expliquer ?

ACTE II

Trois coups retentissent dans le coffre.
Le meunier ( le " vrai " meunier arrive avec un sac sur le dos):
 Pourquoi me déranges-tu en plein travail ?
  Un enfant : Gentil meunier, veux-tu bien nous expliquer ton métier d'antan ?
            Le meunier : Venez les enfants, nous allons voir le  
          chenal et  l'emplacement  de la roue à aubes. Ici, coule
 le Graty qui alimente en eau la roue,
 qui tourne et actionne la meule.
 Je vous montre aussi ma maison avec cette porte
 assez haute par laquelle
je hisse les sacs de blé prêts à être moulu.
Voyez-vous aussi le blason du seigneur ?
Les enfants : Où ça, où ça ?
Le meunier : Au- dessus, sur le linteau !
Le seigneur ( il arrive du château et interpelle le meunier ) :
Tu parlais de moi, meunier.
Le meunier (apeuré) : Oui, oui, seigneur !
Le seigneur ( d'un ton ferme) : Meunier, tu as reçu mon autorisation pour     exploiter MON moulin. MAIS, tu ne m'as toujours pas payé ta location.
   N'oublie pas que c'est un " moulin banal " DONC j'ai le droit de percevoir de l'argent.
Le meunier ( soumis) : Dès demain, seigneur, je viderai ma bourse devant toi.
Le seigneur : Bien, je t'attends dès demain !
  Le chevalier ( joyeux) : Viens meunier !
 Venez les enfants ! Braves gens,
 venez vous réjouir à la fête du Patrimoine !


Patrimoine01.jpg

Patrimoine02.jpg

Patrimoine03.jpg