Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Historique / Batailles / Les combats de la Rengaine du 4 sept. 1944 / Les combats de la Rengaine du 4 sept. 1944
Actions sur le document

Les combats de la Rengaine du 4 sept. 1944

Les informations suivantes sont tirées de l’ouvrage de Mr Henri Bauwens, « Les combats de la Rengaine, 4 septembre 1944 », comité du monument de la Rengaine (Région du Centre), 1994, consultable à la bibliothèque communale de Seneffe.

L’association de commémoration dispose d’une page dans la rubrique « Associations » du site officiel de la commune de Seneffe.

Le 2 septembre 1944, les groupements de résistance de la région reçoivent l’ordre de combattre l’ennemi en déroute et de l’empêcher de détruire les ouvrages d’art.

Le 4 septembre, les libérateurs arrivent dans la région. 7 allemands sont capturés le long de la voie ferrée Manage-Braine-le-Comte.

On apprend que deux allemands venant de Mignaut se dirigent vers le bois de Courrière.

Le commandant Ergot forme une patrouille comprenant Robert Kerkofs, Hubert Zegers, Charles Culot.

Une dizaine d’hommes, le groupe Gilmont, a pour mission de prendre position au pont Adant.

Arrivée à la Rengaine, la voiture de patrouille constate que les ennemis étaient rentrés dans le bois. Zegers les poursuit et est tué. Kerkofs refoule l’ennemi mais est tué aussi.

Le groupe Gilmont progresse en vue du pont. Un groupe d’allemands quitte le bois de Courrière pour le bois de Feluy.

Des renforts arrivent, formés d’un contingent des Milices Patriotiques du Front de l’Indépendance de La Louvière et Houdeng.

A Besonrieux, le groupe se divise en deux.

Un groupe progresse vers la Rengaine, appuyé par une mitrailleuse et un fusil-mitrailleur.

Les allemands quittent le bois, traversent la route de Familleureux à Marche-Lez-Ecaussines et se dirigent vers le bois de Feluy.

Dans le combat qui s’en suit, Jules Debauque, Nestor Favaits, Louis Gunst et Roger Seba sont tués. Tous avaient fait la campagne de 1940 puis s'étaient évadés de captivité. En fin de journée, un dernier résistant, Jules Canivet, est tué par des ennemis retardataires.

Le 9 septembre 1945, un monument à la mémoire des 7 résistants tués le 4 septembre 1944 est inauguré dans le bois de Courrière au lieu dit La Rengaine. Un discours y est prononcé par Victor Godefroid, premier échevin délégué du bourgmestre de Familleureux, Hector Debaix.