Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Mobilité / Infos Mobilité / Passerelle cyclo-piétonne : elle arrive !

Passerelle cyclo-piétonne : elle arrive !

 

La passerelle d’Arquennes promettait d’être une pièce maîtresse du réseau cyclo-piéton de l’entité seneffoise. Le Conseil communal a entériné, ce lundi, le cahier des charges, avec à la clé la promesse d’un soutien financier de 300.000 euros en provenance de la Région.

Le RAVeL de la ligne 141 constitue l’épine dorsale du réseau cyclable seneffois. Très régulièrement utilisé, il relie Seneffe à Nivelles avec un point noir : l’absence de viaduc oblige les piétons, les cyclistes et les cavaliers à se mêler à la circulation automobile pour traverser le village.

La Commune de Seneffe désire, depuis plusieurs années, fluidifier ce tronçon pour plusieurs raisons :

  • Promouvoir la mobilité douce tout en respectant le cheminement historique de la voie de chemin de fer.
  • Créer un point de vue remarquable ouvert sur la perspective offerte par le canal.
  • Conserver un héritage du passé en documentant les multiples construction/démolition et les événements qui les ont provoqués.

En décembre 2017, le Collège communal a confié, après concours, au bureau d’études Greisch la mission de concevoir la nouvelle passerelle métallique pour l’aménagement de la liaison cyclo-piétonne du RAVeL.

Afin de respecter l’ouvrage original et s’intégrer dans ce site remarquable, l’esquisse développée lors du concours traduit une structure contemporaine en treillis-résille métallique, dont les mailles rappellent les caractéristiques de l’ancien pont ferroviaire. Les matières envisagées (structure en acier Corten et platelage en bois exotique) offrent une excellente tenue dans le temps, limitant ainsi les coûts et besoins d’entretien.

La largeur de 4 mètres permet un passage et un croisement aisés des différents utilisateurs de la passerelle.

La Commune a reçu, pour ce dossier, un fameux coup de pouce régional. Elle a obtenu un subside en Mobilité douce de 100.000€, auquel est venu s’adjoindre la prise en charge, par le SPW, de l'entretien et de la restauration des culées et de la pilée centrale. Coût estimé de l’opération ? 200.000 euros.

Au final, le montant estimé des travaux à charge de la commune avoisinera les 465.000 euros.

 

 

 

Le viaduc d’Arquennes, pont ferroviaire de l’ancienne ligne n°141, fut inauguré en 1854[1].

Cet ouvrage d’art exceptionnel et impressionnant, unique exemplaire construit sur le vieux canal à 300 tonnes était employé par la Société des Chemins de fer belges (S.N.C.B.). Sur ce pont passait la ligne de chemin de fer n°141 affectée au transport de marchandises entre les gares de Manage et de Wavre. Sa structure métallique longue de 200 mètres, constituée de sept travées assemblées par rivetage, culminait à 15 mètres du sol. Son tablier, à poutres maîtresses et côté latéral en treillis, reposait sur deux énormes culées et une pile centrale placée à mi-distance de celles-ci. Le pont enjambe le canal à droite, la Samme à gauche, et les chemins de halage et de contre-halage.

Démoli lors de la Seconde Guerre Mondiale par le Génie français pour retarder au maximum l’avancée ennemie, le viaduc fut remplacé par un pont provisoire Bailey puis démonté à nouveau.

 

[1] UN CANAL AU BOUT DU JARDIN…- éditions SPW